/

Déjà lu ?

Donnez votre avis

Recommandez ce produit

Lettres à Eugene ; correspondance 1977-1987

Liste

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Donnez votre avis

« Tu seras, sans doute la personne au bout du compte, dans le temps, à laquelle j'aurai le plus écrit : cette fidélité est peut-être insensée mais j'y tiens. » (Hervé Guibert à Eugène Savitzkaya, 1983) . En 1977, Hervé Guibert découvre le premier roman d'Eugène Savitzkaya, Mentir , et lui envoie La mort propagande qui vient de paraître ; il aimerait faire sa connaissance, lui donne son numéro de téléphone. Ils échangent ainsi leurs livres pendant quelques années, se lisent, s'apprécient, participent tous deux à la jeune revue Minuit , animée par Mathieu Lindon. Le tournant s'opère en 1982, quand Guibert publie dans cette revue un texte intitulé : « Lettre à un frère d'écriture » où il déclare à Eugène : « Je t'aime à travers ce que tu écris. » Tandis que les lettres d'Eugène restent distantes, Hervé s'obsède littéralement de son correspondant et lui écrit une suite de lettres brûlantes où se bousculent les sentiments les plus extrêmes, passion, jalousie, tendresse, méchanceté, joie, dépit, avec une intensité surprenante. Plus Eugène se dérobe, plus les lettres de Guibert gagnent en audace. L'année 1984 verra l'épuisement progressif de cette passion qu'Hervé Guibert réussit à évoquer et mettre à distance dans une nouvelle intitulée « Papier magique », véritable décalque de leur aventure épistolaire. L'amitié, dès lors, remplace la passion. Par l'intermédiaire d'Hervé, Eugène participe à l'aventure de l' Autre Journal . Ils se présentent tous deux à la Villa Médicis où ils seront bientôt pensionnaires. Ils ont beaucoup publié. Dix ans ont passé. Ces quelques quatre-vingts lettres échangées entre 1977 et 1987 forment un témoignage d'autant plus unique pour la compréhension de l'oeuvre d'Hervé Guibert, qu'elles sont les seules dont il ait autorisé l'édition. En acceptant la publication dans son testament littéraire des seules « Lettres à Eugène », il nous invite à considérer avec la plus grande attention ce point de rencontre étroit entre la vie et l'écriture, entre soi et l'autre, entre réalité et fiction.


empty