Considéré comme l'un des plus grands écrivains européens contemporains, traduit dans le monde entier, Ismaïl Kadaré est mort ce 1er juillet 2024. Né en 1936 en Albanie, il a reçu plusieurs prix pour une œuvre considérable rassemblant romans, nouvelles, pièces de théâtre, poésie et essais, et luttant contre le totalitarisme. C'est la parution de son premier roman, Le Général de l'armée morte, qui lui apporte la renommée, en 1963.

Créé en 1953 avec un nom qui rend hommage au fondateur du premier grand magazine du fantastique, les Prix Hugo sont la récompense littéraire la plus reconnue au monde des ouvrages de Science-Fiction ou Fantasy. Si d'autres prix tout aussi pertinents existent (les Nebula, Locus, GPI ou John W. Campbell), les lauréats des Hugo constituent une bibliothèque de l'imaginaire à travers les âges, qui a pris son envol avec L'homme démoli d'Alfred Bester, et a vu passer ensuite Dune, Fondation et même un volume de Harry Potter ; qui a célébré Philip K. Dick, Asimov, Heinlein, Clarke ou Zelazny, et a popularisé les courants du cyberpunk, le gothique ou la post-apocalypse selon N. K. Jemisin.

Cette capsule temporelle de l'anticipation nous confronte à la réalisation -- ou pas -- des visions de leurs auteurs (à redécouvrir : la clairvoyance incroyable de Tous à Zanzibar de John Brunner en 1969 !). Et c'est aussi un jeu de piste, pour récupérer les copies de quelques romans anciens hors catalogue chez les éditeurs.

Depuis plus d'un siècle, de belles pages de littérature ont été consacrées au "beautiful game". Si Umberto Eco déclarait son aversion au football, d'autres auteurs (Camus, Grass, Handke, Toussaint...) ont été attirés par ce théâtre de la vie en 90 minutes. Dans cette sélection de deux douzaines d'ouvrages, il sera question d'éloge "de l'esquive", d'hommages à l'Angleterre et à ses tribus (Chelsea, Arsenal, Liverpool ou Leeds), des angoisses des gardiens et des numéros 10, mélancolies un soir de finale et dépassements de soi.

Pour lutter contre les discriminations, l'obscurantisme, apprenons, lisons, comprenons.

empty